Noël et Fret International (EQUATEUR)

Rencontre avec Noël Schaeffer le 22 septembre 2008

Réussir sans diplôme

C’est dans les locaux de l’active Chambre de Commerce Franco-équatorienne que nous avons rendez-vous avec Noël, entrepreneur français de 49 ans, installé à Quito.

Nom : Schaeffer

Prénom : Noël

Age : 49 ans

Nom de l’entreprise : Fret International

imga0390.jpg

 

Parcours d’un autodidacte

Passionné par les avions de chasse et malgré une scolarité plutôt difficile, Noël Schaeffer tente les concours pour devenir pilote de chasse. Ce dernier essuie son échec en décidant de se mettre au travail, sans diplôme. Il débute donc à 15 ans au poste de magasinier, poste se situant à l’échelon le plus bas d’une entreprise de transport international. Animé par l’envie d’apprendre et de monter rapidement, Noël effectue tout d’abord ses obligations nationales en réalisant son service militaire en Allemagne (Division blindée).

 

De retour en France, il retrouve du travail dans l’entreprise de transport de ses débuts qui venait de remporter un contrat avec Alstom pour la construction du métro à Caracas. A 23 ans, Noël part donc 4 ans et demi au Venezuela en tant que responsable de la vérification et du déchargement des marchandises.

Puis, Noël est envoyé en mission pour un nouveau projet au Chili pour une durée de 1 an pour régler les problèmes dans différentes régions du pays (Santiago, Antofogasta). Un rapide passage en Bolivie et Noël découvre pour la première fois l’Equateur en décembre 1987. Le contrat est instauré pour une durée de trois ans afin de mettre en place un bureau de représentation ainsi que de former du personnel équatorien. Cependant, l’expérience tourne au fiasco puisqu’une entreprise anglaise décide en rachetant l’entreprise de fermer le bureau de Quito. Les employés n’apprécient pas la tournure des évènements et placent le chantage au centre des négociations. Noël passera même une journée en prison et s’exilera quelques semaines au Venezuela afin de laisser passer la tempête.

Peu enclin à se laisser abattre, il reviendra sans emploi à Quito en 1988 afin de créer sa première entreprise en tentant le pari dans l’importation de produits français pour le secteur de l’optique. Le projet semble solide et toutes les économies y passent afin de faciliter le décollage. Cependant, la réussite n’est pas au bout. Le manque d’expérience dans ce domaine est flagrant et Noël fermera son entreprise 6 mois plus tard en ayant réellement tout perdu, mais c’est sans compter sur sa volonté indéniable…

Un mariage et quelques années en tant qu’employé, Noël se lance un nouveau défi avec la création de Fret International en novembre 2004.

imga0393.jpgimga0382.jpg

 

Créer son entreprise dans un pays économiquement instable

 

Dès ses débuts à la tête de Fret International, Noël sent rapidement les opportunités que peuvent lui apporter les entreprises françaises qui viennent s’installer en Amérique Latine. Alcatel, l’Office Général de l’Air puis Carrefour lui offrent ses premiers contrats qui éclaircissent le futur de l’entreprise. En 1999, Noël compte 46 employés dans ses rangs, à l’aube de la crise financière qui va frapper le pays entier. La faillite de nombreuses banques ainsi que la dollarisation du pays va entraîner une chute vertigineuse pour notre chef d’entreprise : liquidation de 90% des employés, économie paralysée, dettes considérables… C’est donc un nouveau départ qui commence avec 5 employés afin de relever la tête. 4 ans et demi seront nécessaires afin de rembourser les dettes de la société. La stratégie est donc à la diversification afin de limiter les risques et Noël s’embarque sur de nouveaux créneaux :

-transport international

-équipement d’hélicoptères

-réparation de moteurs d’avions de chasse et d’hélicoptères

-fabrication et exportation de meubles en bois

 

Toutes ces activités lui permettent d’employer aujourd’hui 8 personnes et de réaliser un Chiffre d’affaires d’environ 3 millions de dollars annuel.

 

Entreprendre en Equateur

 

Avec deux expériences de création d’entreprise en Equateur et plus de 20 ans passés dans le pays, Noël est bien placé pour savoir qu’il n’est pas facile de s’installer dans un pays aussi « chaotique ». L’instabilité politique et économique associée à une instabilité financière ne facilite en effet pas les investissements. Cependant, Noël nous assure que quelques montages stratégiques permettent aujourd’hui d’éviter le pire en cas de crise majeure. Les opportunités sont énormes et les formalités administratives ne forment pas un obstacle infranchissable (30 jours de délai pour un investissement de départ relativement bas situé aux alentours de 400 USD)

Un profil de battant

 

Les différents échecs n’ont pas endommagé la combativité de Noël qui sent le besoin de rebondir rapidement après chaque revers. Les projets sont ambitieux et Noël souhaite prendre de l’ampleur en se diversifiant une nouvelle fois. Pourquoi pas dans le domaine du remplissage de conteneurs ?

La vie professionnelle prend parfois le dessus sur la vie privée notamment en période de crise, mais aujourd’hui père de 2 enfants, Noël sait faire la part des choses et prendre ses responsabilités familiales.

 

Equateur / France : deux mondes

 

La crise financière au début des années 2000 a enclenché un départ massif d’équatoriens vers l’étranger. En envoyant des sommes d’argent à leurs familles restées dans le pays, on a assisté à un dynamisation de l’économie et une hausse du niveau de vie de la population. Les opportunités se sont multipliées notamment dans le secteur de l’agriculture. Cependant, l’accès au crédit reste difficile pour tous types de projets d’investissement.

Le pays est agréable à vivre même si Noël souligne une extrême lenteur dans les processus de prise de décision.

 

Mais Noël se sent plus que jamais français même après 20 années en Equateur. Il garde de nombreux liens avec la France, notamment familiaux et participe au mission de la Chambre de Commerce afin de développer les rapports entre les deux pays.

imga0387.jpgimga0391.jpg

 

Bilan

 

Un parcours chaotique pour Noël qui récupère aujourd’hui le fruit de son travail et de son abnégation. Il adopte la philosophie de La Fontaine : « Patience et longueur de temps ne font plus que force ni que rage ».

 

N’hésitez pas à suivre les conseils de cet entrepreneur multi-casquettes :

 

-Venez découvrir, sentir et prendre la température du pays avant de venir vous installer (stage, voyage,…)

-Prendre votre décision à 100%, battez-vous et vous récupérerez le fruit de votre travail

Il aime à souligner qu’ « impossible n’est pas français » et son formidable parcours vous invite à ne rien lâcher !

 

Copyright – Roulez Jeunesse – Septembre 2008

 

5 réponses à “Noël et Fret International (EQUATEUR)”

  1. 12 12 2008
    Perfetti b (22:01:40) :

    Bravo pour l’esprit d’entreprise. Mais il faut débuter un jour …alors un petit renseignement pour une étudiante ingénieur agronome. Connaissez vous, dans votre pays d’adoption , des entreprises agro-alimentaires qui prendrait une étudiante en stage pour 3-4 mois ?
    merci de vos éventuels renseignements

  2. 1 04 2009
    Malka gabriel (11:51:50) :

    Bonjour
    je suis un ami d’ enfance de Noêl et je souhaiterais entrer en contact avec lui

    je suis heureux de decouvrir son parcour je n’ avais plus de ses nouvelles depuis 1983

    d avance merci de lui transmettre mes coordonnées

  3. 1 04 2009
    IBKA CHRISTIAN (19:13:16) :

    Bonjour Noel, ça me fait drolement plaisir de te retrouver, de plus tu as l’air de t’etre plutot bien débrouiller, ca s’est super aussi

    En ce qui me concerne j’ai monté ma sociéte de transports internationales en 1988, a ce jour je suis agrée iata, fiata et en douane

    Si tu regardes le site internet tu devrais reconnaitre quelques tête

    En tout cas j’espère vivement que l’on pourra se contacter tres rapidement

    au plaisir

    amicalement

    christian

  4. 30 03 2010
    Françoise (11:52:36) :

    Message pour Noël,
    Je suis une vieille amie de Noël sans nouvelles depuis les péripéties vénézueliennes. Pouvez-vous lui communiquer mes coordonnées. J’aimerais beaucoup avoir de ses nouvelles même s’il a toujours la fâcheuse habitude de ne pas écrire……
    Françoise et Claudio (de Caracas)

  5. 14 06 2010
    FANNY (02:59:01) :

    Bonjour,

    Souhaitant monter ma propre entreprise en Equateur, je vous remercie de me mettre en contacte avec Noel afin de profiter de ses 20 ans d experience dans le pays.

    Cordialement,

    FANNY

Laisser un commentaire




Quelques jours à Nara |
quelquesjoursakyoto |
Pays d'OZ |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | la carotte Egyptienne a un ...
| Canada Life
| MERVEILLE DU MONDE